la place des photographes

laplacedesphotographes.jpgLa Place des photographes vous propose ce matin un auteur dont la lumière est l’obsession, aucun doute, les cadrages et compositions nous ramènent au cinéma…

Quand la photo fait son cinéma, La Place dit : “ça tourne”

Après avoir suivi des cours d’illustration et d'histoire de l’art, Matthieu Grospiron s’oriente dès 1988 et la fin de ses études vers l’image de synthèse. Il travaille sur de nombreuses productions qui l’entraînent pour de longs séjours à Séoul, Saigon, Pune (Inde), San Francisco ou Los Angeles et devient l’un des spécialistes de l’éclairage des films d’animation. Il collabore à de grands projets américains comme Star Wars ou Shrek, mais c’est en France qu’il mène son plus beau défi en supervisant l’éclairage du troisième long-métrage d’Enki Bilal, Immortel.

Au cours de ses pérégrinations, Matthieu n’a jamais cessé de prendre des photos. Amoureux de l’image et de l’instant, il aime s’aventurer, partir à la rencontre des mouvements du temps, saisir ce que le hasard déposera sur sa route : arcanes de Saigon en noir et blanc, contrastes bruts de l’Amérique en couleurs, sensualité féminine en studio, ouvriers de la construction en Inde…

Tout ce qui traverse son inspiration, son regard le fixe en cadrages incisifs. (En tant que) concepteur lumière, la déformation professionnelle l’entraîne parfois vers des clartés énigmatiques, des éclairages audacieux, mais toujours avec le souci d’atteindre l’équilibre du réel et de l’éclat.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet